À propos de LA médiation

Qu’est ce que la médiation familiale ?

La médiation est un processus court, une pause pour permettre à une situation conflictuelle ou difficile de s’apaiser durablement. Vous êtes libre de vous engager et libre d’interrompre le processus à tout moment.

En médiation, tout le monde à sa place : adultes et adolescents en capacité de pouvoir vivre sereinement les séances de médiation. Pour les enfants, elle n’est pas le lieu adapté. Au cas par cas et à la demande des deux parents l’enfant peut être présent à la fin de la dernière séance pour que les adultes puissent lui expliquer les décisions qu’ils ont prises.


Si les personnes le souhaitent et dans la mesure où elles sont unanimes, les avocats, notaires et autres représentants peuvent participer aux séances uniquement si les échanges entre les personnes restent confidentiels et ne servent pas de charges contre l’autre en cas de procès.


Les rôles et les places de chacun seront définies lors de l’entretien préalable à la médiation.

Il n’y a pas de bons moments pour venir en médiation. Parfois elle est juste le bon lieu le temps d’une séance pour discuter ensemble d’une situation difficile : un achat conséquent, écrire un accord…

Pour certains la médiation sera une tentative de trouver une solution à l’amiable avant d’entamer ou en cours de procédure en justice : séparation, droit de visite, dépôt de plainte, succession conflictuelle


Pour d’autres il s’agira de tenter d’apaiser une situation conflictuelle qui dure depuis longtemps. Séparation, conflits de couple, relation conflictuelle…


La loi n° 95-125 du 8 février 1995 et le décret n° 96-652 du 22 juillet 1996 ont introduit la médiation judiciaire dans le Code de Procédure Civile (CPC, art 131-1 et suiv.)


Le juge aux affaires familiales peut enjoindre les parties à venir en entretien préalable à la médiation.

« La médiation familiale est un processus tiers, de construction ou de reconstruction de liens, axé sur le rétablissement d’un dialogue apaisé, l’autonomie, la liberté et la responsabilité des personnes concernées par des situations de rupture ou de séparation.
Le médiateur familial, tiers, impartial, indépendant, qualifié et sans pouvoir de décision ouvre un espace confidentiel en organisant des rencontres entre les personnes qui le sollicitent.
 » Définition adoptée par le conseil consultatif national de la médiation familiale.

"Le médiateur familial contribue à créer un cadre, un espace, un dispositif relationnel, d’écoute et de dialogue à l’abri de toute forme de pression et de contrainte physique et/ou morale internes et externes. Il favorise le débat autour de ce qui fait lien et de ce qui sépare. Il permet un soutien des personnes dans la recherche par elles- mêmes d’une élaboration et d’un changement de leur situation, dans le respect de leurs droits et obligations.

 

La médiation familiale requiert le consentement personnel et direct des intéressés. Le médiateur familial s’assure que le consentement de chaque personne est libre et éclairé.

 

Le médiateur familial s’engage à la confidentialité. Il a l’obligation de lever la confidentialité pour respecter les dispositions légales de la législation et il en informe les personnes et les instances compétentes."

Principes déontologiques du médiateur familial :

La neutralité : le médiateur familial n’a pas de projet pour, ou à la place des personnes qui sollicitent la médiation familiale. Il laisse émerger le projet des personnes en toute liberté et responsabilité.

L’impartialité : le médiateur familial appréhende plusieurs points de vue sans prendre parti. Il soutient chacune des personnes dans un souci d’équilibre. Il s’interdit d’intervenir dans une médiation familiale impliquant des personnes avec lequel il entretient des relations professionnelles et personnelles. Il ne doit pas exercer avec les personnes une autre profession que celui de médiateur familial. Il s’interdit d’influencer les personnes et de les conseiller. 

L’indépendance : le médiateur familial se dégage des pressions extérieures ou intérieures qui peuvent être exercées sur lui et le dispositif. L’indépendance renvoie à l’autonomie et à la liberté du praticien et des personnes. Il préserve son autonomie et refuse le cas échéant la mise en œuvre d’une médiation familiale. Il garantie son indépendance, en s’assurant que ses collaborateurs, le gestionnaire, le secrétariat, les financeurs, les prescripteurs reconnaissent les principes déontologiques et respectent plus précisément la confidentialité de la médiation familiale.

charte déontologique

Contact

Charlotte Guilbert Jauberteau

​​Tél : 06 45 59 29 79

contact@sudviennemediation.fr

Montmorillon 

Vienne // Nouvelle Aquitaine

  • Facebook - Black Circle
La médiation Familiale

© 2020 par Sud Vienne Médiation. Créé par le Studio LaetiGraph

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now